MAGNESIUM

Le chocolat est l’un des aliments les plus riches en magnésium. Cet oligo-élément participe à presque toutes les réactions biochimiques du corps dont plus de 300 réactions enzymatiques, les enzymes sont des protéines permettant d'accélérer jusqu'à des millions de fois les réactions chimiques du métabolisme, ce sont des catalyseurs biologiques. Le magnésium est présent à l’intérieur des cellules de l’organisme : au total, le corps contient environ 25 g de ce minéral.  60 % y sont  stockés dans les os, dont il aide à maintenir la structure. En effet, il agit sur la formation des os et la croissance osseuse : il exerce une activité du type vitaminique D. Il permet aussi l’activation des vitamines du groupe B et favorise la fluidité du sang. Il limite le stress mais  participe aussi à la transmission des influx nerveux, à la régularité des battements cardiaques et aide à se prémunir des infections. Il augmente la solubilité du calcium, et  possède par conséquent un effet préventif sur les calculs rénaux (cristaux durs qui se forment dans les reins et peuvent entraîner de vives douleurs). En effet, Les calculs sont le résultat de la cristallisation de sels minéraux et d’acides présents en trop forte concentration dans l’urine. Les carences  en magnésium sont courantes. Un homme  à l’âge adulte a environ besoin d’un apport journalier de 420 mg de magnésium et une femme adulte d’environ 360 mg. Le chocolat est une source importante de magnésium dans l’alimentation car dans 100g de chocolat il y  a environ 500mg de magnésium.   Les aliments qui contiennent du magnésium sont en général  très calorique comme le chocolat. Dans le cas d’un régime il est dons conseillé de consommer des  aliments pauvres en magnésium. Il agit aussi au niveau du cerveau comme un antidépresseur, stimule la sécrétion de dopamine, un neurotransmetteur impliqué dans la sensation de plaisir, plus communément appelé le « circuit de récompense ».

 

CIRCUIT DE LA RECOMPENSE

Pour vivre, chaque espèce doit assurer ses fonctions vitales comme se nourrir, boire ou encore se reproduire.   Notre cerveau comporte donc des régions dont le rôle est de « récompenser » l'exécution de ces fonctions vitales par une sensation agréable. Ici, nous nous intéresserons à la partie se nourrir en étudiant ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous mangeons du chocolat.   

 

Lorsque l’on mange du chocolat, un signal annonce l’arrivée d’une « récompense ». Après traitement sensoriel de cette information par le cortex, il prévient l’aire tégmentale ventrale du plaisir de l’action réalisée. Son activité se trouve alors augmentée. L’aire tegmentale ventrale est un groupe de neurones situés en plein centre du cerveau dans le mésencéphale, c’est elle qui libère les molécules de dopamine qu’elle envoie entre autre dans le noyau acumbens. C’est grâce à cette molécule qu’elle transmet l’information. La libération de dopamine peut être déclenchée seulement par l’environnement associé sans que celle-ci soit présente. Dans le chocolat elle est présente mais en petite quantité, c’est lorsque l’on mange le chocolat que la dopamine se libère.

Ce système dopaminergique procure une sensation de plaisir, ce qui nous amène à désirer davantage de chocolat.

 

On sait que toutes les drogues qui créent une dépendance élèvent artificiellement la quantité de dopamine dans les circuits de la récompense. Il semble donc que la libération de dopamine informe l'organisme de la présence possible d'une récompense dans un environnement donné d'où les efforts entrepris pour se procurer cette récompense et l'effet de renforcement au fil des prises.

 

Schéma du circuit de la récompense

CHOCOWEB

TPE
C H I M I E  -  S V T

© 2016 par Agnès Motte, Faustine Lavigne, Julie Watine 1S3 et Valentine Desreumaux 1S4. Créé avec Wix.com

  • Google Clean
  • Twitter Clean
  • Facebook Clean
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now